trois illustrations des règles de l'épargne

Contrats d'assurance vie

Il convient de distinguer deux familles de contrats d'assurance vie, les contrats en euro d'une part, et les contrats en unité de compte d'autre part.

Ces contrats présentent les caractéristiques suivantes :

Seuls les contrats "en euros" garantissent l'épargne investie. Il faut se rappeler qu'il ne sert à rien de bénéficier d'une fiscalité avantageuse si le capital est diminué suite à une baisse des marchés financiers.

Contrats d'assurance vie en euros

Chaque année, un taux minimum garanti est fixé. La rémunération est généralement supérieure à ce taux garanti.

Les intérêts sont versés annuellement, et deviennent à leur tour productifs d'intérêts.

Contrats en unités de compte

Le capital est placé sur les marchés financiers, en actions et/ou en obligations. En période de hausse boursière, ces contrats assurent généralement une rémunération supérieure à celle des contrats en euros, mais en période de baisse, il n'y a aucune garantie sur le capital.

Cependant, en cas de décès du souscripteur, la plupart des contrats prévoient une "garantie plancher". Le capital correspondant aux versements effectués (hors frais d'entrée) est garanti et sera donc intégralement versé au(x) bénéficiaire(s).

Multisupports

Des contrats "multisupports" permettent de répartir l'argent placé entre un ou plusieurs supports en unités de compte et un support en euro.

Il est possible de modifier la répartition de l'épargne entre les supports en procédant à un arbitrage. Des frais de l'ordre de 1% sont usuellement prélevés sur les fonds transférés.

Les arbitrages entre les différents supports sont sans conséquence fiscale.

Les supports en unités de compte peuvent être investis sur les marchés financiers ou bien, par exemple, en parts de Sociétés Civiles Immobilières (SCI).

Souvent, des fonds "profilés" sont proposés :

Il faut être conscient que même le support le plus sécurisant comporte un risque. Or, des frais étant prélevés chaque année, il est ainsi possible de perdre l'essentiel du capital si les marchés ne sont pas favorables.

Page mise à jour le 4 novembre 2012.

Toute copie, y compris partielle, des textes et photos de ce site est interdite.

© Boriva 2009-2016Mentions légales Contact