trois illustrations des règles de l'épargne

Banque en ligne

Lorsque le Minitel était le seul outil télématique pour le grand public, il était déjà possible de consulter ses comptes bancaires à distance, et même d'effectuer des opérations de négociation de valeurs mobilières. Des banques sans agence existaient aussi dès cette époque.

Cependant, la généralisation de l'accès au Web dans les foyers français a profondément transformé les services de consulta­tion et a permis le développement des banques en ligne.

Services bancaires en ligne étendus

Si, il y a une dizaine d'années, les banques à réseau traditionnel proposaient un accès restreint et souvent payant aux comptes bancaires depuis le Web, il est maintenant possible d'effectuer de nombreuses opérations sans se déplacer jusqu'à son agence.

De surcroît, en général, l'accès aux services en ligne est maintenant gratuit pour les particuliers.

Il est ainsi possible, par exemple, d'effectuer des virements, y compris vers des comptes tenus par d'autres établissements que le sien, d'obtenir des relevés d'identité bancaire, ou de commander le renouvellement de chéquiers.

Par ailleurs, la réalisation d'opérations sur les marchés financiers est grandement facilitée, les interfaces étant bien plus ergonomiques que celles dont il fallait se contenter au temps du Minitel.

Souscription en ligne

Outre les nombreuses opérations qu'il est possible d'effectuer sur les comptes existants, il est également possible de mettre en place à distance des produits d'épargne, comme par exemple souscrire en ligne un contrat d'assurance vie ou d'épargne logement.

Les services en ligne proposés par les établissements traditionnels se rapprochent ainsi de ceux des banques sans réseau d'agences.

Toutefois, ces dernières proposent souvent des tarifications plus intéressantes, par exemple sur les cotisations de carte bancaire ou, pour ceux effectuant des opérations sur les marchés financiers, sur les droits de garde ou les commissions de négociation.

En contrepartie, il faut accepter de ne pas avoir un conseiller attitré que l'on puisse rencontrer en cas de nécessité.

Page mise à jour le 15 octobre 2010.

Toute copie, y compris partielle, des textes et photos de ce site est interdite.

© Boriva 2009-2016Mentions légales Contact